Le plan départemental 2021-2023 pour la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT a été dévoilé

Le plan départemental 2021-2023 pour la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT a été dévoilé

En ce début d’année 2021, le gouvernement veut mettre fin à au racisme, à l’antisémitisme et à la haine contre la communauté LGBT+


Les discriminations, les violences et la haine anti-LGBT+ demeurent, encore aujourd’hui, une réalité en France. C’est pour faire face à ce problème que le gouvernement a lancé un nouveau plan national d’actions 2020-2023 pour l’égalité des droits ainsi que pour contrer la haine et les discriminations anti-LGBT+. 
Afin de mettre en œuvre les priorités de ce plan national dans le département, Philippe Chopin, le Préfet du Puy-de-Dôme, a signé le 7 février 2021 le plan départemental de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT 20213-2023. 

Ce plan avait été présenté et validé durant le Comité opérationnel de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (CORAH), qui était co-présidé par le Procureur de la République et le Président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme avec la présence du délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme, et la haine anti-LGBT. Cette instance locale est composée des représentants des services de l’État, des collectivités territoriales, d’associations et de personnes qualifiées au titre de leurs activités. Elle a pour mission de décliner les instructions gouvernementales et de définir un plan d’action départemental. 

Quelle est la stratégie de ce plan ? 

Ce plan ambitieux est le fruit d’un dialogue constructif entre les acteurs: il se compose de trois axes stratégiques et de 10 actions : Le premier axe est de mieux identifier les actes à caractères racistes, antisémites et de haine anti-LGBT. Le deuxième axe a pour but de favoriser la communication sur les voies de recours pour les victimes. Enfin, le troisième axe doit communiquer sur les actions de prévention mises en œuvre dans le département. 

Ce plan se veut aussi être le reflet de la volonté de l’État de s’appuyer sur les acteurs du terrain pour répondre à la montée de ce fléau.