Les restaurants rouvrent leurs portes aux salariés !

Les restaurants rouvrent leurs portes aux salariés !

Des restaurants traditionnels sont transformés en restaurants d’entreprise pour les salariés du BTP.


La Préfète de l’Allier a donné son feu vert à l’autorisation d’ouverture de restaurants, à titre dérogatoire, pour l’accueil de salariés d’entreprises du BTP. C’est une proposition que portait la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) depuis le début du mois. Ce service pourra être proposé du lundi au vendredi, uniquement entre 11h30 et 14h30. Les restaurateurs qui le souhaitent doivent se faire connaître auprès de la CCI qui leur transmettra les modalités de mise en œuvre du dispositif autorisant les salariés du BTP à accéder à une activité de restauration. De même, les entreprises du BTP souhaitant voir leurs salariés accéder au dispositif doivent signer un contrat de prestation de restauration collective avec le restaurant choisi. Cet accueil devra se faire dans le respect des règles sanitaires en vigueur.

Le Cantal adopte la même initiative

Dans le Cantal, 21 restaurateurs accueilleront des salariés travaillant en extérieur. « Le protocole sanitaire permet de protéger les salariés et les restaurateurs. Il faut 1 mètre d’écart entre 2 salariés, remplir la convention avec l’entreprise et l’envoyer à la préfecture avant que le salarié mange…», indique Thierry Perbet, président de l’UMIH 15 (Union des Métiers et Industries de l'Hôtellerie). Il précise également que des contrôles réguliers seront effectués par les services de la préfecture afin de s’assurer que les entreprises ont bien signé la convention et que l’établissement accueille exclusivement les salariés de cette entreprise . En effet, Thierry Perbet prévient que « L’engagement de l’UMIH, c’est que les entreprises qui ne respecteraient pas le protocole sanitaire seront averties une fois et la deuxième fois, fermées. On est clairs là-dessus ». Il tient néanmoins à rassurer les restaurateurs participants que ces derniers ne perdront pas les aides de l’Etat en cette période de crise. « C’est un service rendu aux artisans, les restaurants ne vont pas faire de bénéfices », rappelle-t-il.
Ce projet d’aide pour les salariés travaillant en extérieur est d’ores et déjà un réel succès: « Depuis ce matin, ça n’arrête pas de téléphoner. Ça répond à une vraie demande. Nous dans le Cantal, avec notre météo, les salariés étaient obligés de manger dans le froid ou dans des préfabriqués, voire dans leur camion. » explique le président de l'UMIH 15. 

Un protocole strict

Un registre quotidien des personnes accueillies sera mis en place tout comme l’absence de service en salle ainsi qu’une distance obligatoire de deux mètres entre les clients. Afin d’éviter tout brassage, «  un restaurateur ne peut conventionner qu’avec une seule entreprise du BTP, ou plusieurs uniquement si celles-ci interviennent en co-activité sur le même chantier  », explique la Préfecture. Les salariés accueillis devront se munir d’une carte professionnelle BTP, et auront tous une place assise au sein du restaurant. Le nombre de places disponibles est sous la responsabilité du restaurateur: le chiffre varie suivant la surface de sa salle de restaurant en gardant à l’esprit qu’une distance minimale d’un mètre entre deux chaises doit être garantie entre deux personnes, sauf si une paroi fixe ou amovible assure une séparation physique. Le service sera uniquement assuré à table par le personnel de l’établissement.