Auvergne - Les syndicats vent debout contre la réforme des retraites

Auvergne - Les syndicats vent debout contre la réforme des retraites
L'ensemble des syndicats réunis à la maison du Peuple, mardi 17 janvier / RVA

Cela faisait douze ans que tous les syndicats ne s'étaient pas dressés d'une seule voix contre le gouvernement. Preuve que la réforme des retraites provoque une colère commune, et que la grève ne fait que commencer. Ils dénoncent "un enfumage".


Ce jeudi 19 janvier, la France entière va vivre à un rythme ralenti par le mouvement social géant qui s'annonce. Fait inédit depuis près de douze ans, tous les syndicats accordent leurs violons pour préparer une grève de forte ampleur contre la réforme des retraites. "C'est plus intéressant quand c'est unitaire" estime Valérie Guillaume, secrétaire régionale adjointe pour la CFDT. "Nous sommes tous contre ce projet gouvernemental".
La CFDT, la CGT, le CFE-CGC, FO, Solidaires, l'UNSA, l'UNEF, le FSU, la CFTC et la Voie Lycéenne se sont mis d'accord sur les revendications communes à porter d'une même voix. Dans le viseur : le recul progressif de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans, d'ici à 2030.

"C'est une régression sociale jamais vue" annonce Marc Bellaigue, pour FSU. Malgré la crainte d'un nouveau 49-3 pour faire passer la loi en force, "C'est par la grève qu'on parviendra à faire céder le gouvernement". Pour l'UNSA, "on essaie de nous enfermer dans un dualisme. Cette réforme joue sur la chose la plus injuste : le recul de l'âge. Il faut d'abord poser la question de l'emploi.". Selon Ghislain Dugourd, représentant CGT, "cette réforme est faite pour financer d'autres réformes, c'est de l'enfumage. Les gens en ont marre du chacun pour soi et veulent préserver un système qui repose sur le collectif."

En effet, pour tous les syndicats, la véritable question ne doit pas se poser sur les retraites en priorité, les caisses de retraite étant excédentaires. D'autres sujets doivent d'abord être mis sur la table. Valérie Guillaume : "C'est la goutte d'eau car il y a tout un tas d'autres problématiques. Aujourd'hui, beaucoup de femmes sont en temps partiel imposé, la précarité augmente y compris dans la fonction publique, les jeunes rentrent plus tard dans le marché du travail tandis que les plus de 50 ans, on les sort. Cette réforme ne règle rien à un certain nombre de problèmes. Donc tout ça fait que nous sommes fortement mobilisés."

Selon un sondage Odoxa-Agipi pour Challenges et BFM Business, 80% des Français sont opposés à un recul de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans. "Le gouvernement est complètement déconnecté de la réalité !" s'exclame Nicolas Dumoulin, de Solidaires. "L'enjeu c'est comment améliorer la valeur retraite." Et cette mobilisation forte pourrait n'être que le début d'un mouvement citoyen plus fort. En tout cas, Pascale Guyot de Force Ouvrière y croit : "La population peut aussi prendre des initiatives type Gilets Jaunes. Il faut que ça passe par d'autres biais."

A Clermont, une manifestation est prévue au départ de la place du 1er mai ce jeudi à 10h direction place de Jaude. Tous les secteurs professionnels mais aussi les retraités, les étudiants et lycéens seront dans le cortège. Les établissements scolaires devraient tourner au ralenti voire fermer leurs portes. Les transports publics seront très fortement perturbés, comme la T2C à Clermont qui n'assurera l'ensemble de ses services. 1 TER sur 10 est prévu également demain sur les rails.
A Thiers, les services scolaires et publics sont aussi impactés par ce mouvement de grève.

Les syndicats se réuniront dès jeudi soir pour réfléchir à la suite qui sera donnée à ce mouvement.

Ecoutez les propos de Valérie Guillaume, secrétaire régionale adjointe CFDT AURA :