Massif du Sancy : bilan de la saison estivale 2021

Massif du Sancy : bilan de la saison estivale 2021

Au coeur de l'Auvergne, le Massif du Sancy a accueilli de nombreux visiteurs cet été en répondant une fois de plus à leurs attentes de grands espaces et de dépaysement.


Un premier bilan positif

Belle fréquentation des hébergements durant l'été 2021 dans le Massif du Sancy.
D’après l’enquête menée par l’Office de Tourisme du Sancy, le taux moyen de remplissage des hébergements dans le Sancy est de 69 % pour le mois juillet et 81 % pour le mois d’août.

Le mois de juillet a connu une légère progression par rapport à l’année 2020, +2%, en particulier avec l'arrivée précoce des vacanciers. Le mois d’août reste pratiquement stable (-1%). Cette fréquentation reste au-dessus des années habituelles et confirme, après une forte saison estivale 2020, une nouvelle belle saison 2021.
Concernant la fréquentation des activités et sites de visites, différents freins étaient présents : une météo moins clémente qu’en 2020 qui a entrainé une baisse de la présence de la clientèle locale, ainsi que la mise en place du pass sanitaire.

Quelques activités à la baisse

Toutefois, la fréquentation de certaines activités est parfois en baisse par rapport à l’été 2020, mais toujours en hausse comparée à l’été 2019 (année de référence).
Le Château de Murol par exemple ou les Fontaines Pétrifiantes de Saint-Nectaire ont vu un début de juillet en hausse, puis ont connu un ralentissement dès l’arrivée des nouvelles mesures sanitaires. Au final, la fréquentation globale connait une baisse par rapport à 2020 et une hausse par rapport à 2019.
Les stations de Super-Besse et du Mont-Dore annoncent une hausse de fréquentation sur les activités intérieures ou protégées (bowling, plaine de jeux, piscine, parcours accrobatique dans les arbres du Capucin), et une fréquentation stable pour la Tyrolienne et l’Xtrem Aventure de la bicheOn note cependant une baisse notable de la fréquentation des téléphériques et de la base aqualudique des Hermines en lien direct avec les conditions météo.

En bref, le bilan global se résume par une progression par rapport à une année de référence (été 2019).