CRUZILLES : "La crise ukrainienne a déjà des conséquences sur notre production"

CRUZILLES : "La crise ukrainienne a déjà des conséquences sur notre production"
Stéphane Guilbert, directeur général de Cruzilles.

Direction la confiserie artisanale Cruzilles à Clermont-Ferrand. Plus de 140 ans de savoir-faire, Stéphane Guilbert, le directeur général, nous fait part de ses inquiétudes concernant l'actuelle crise en Ukraine, qui a déjà des répercussions sur leur production.


Des pâtes de fruits, des fruits confits... ce sont plus de 140 ans de savoir-faire traditionnel qui sont perpétués dans les ateliers de la confiserie clermontoise Cruzilles. La pâte d'Auvergne ou confiture sèche, comme elles étaient appellées à l'époque, existent dans la région depuis le Moyen-Âge.

Sa production a pris un réel essor en Auvergne à partir du 19e siècle, durant la période des cures thermales. "Les curistes venus de toute l'Europe avaient pour habitude de ramener quelques produits locaux après leur passage en Auvergne, dont des pâtes de fruits ou des fruits confits", nous explique Stéphane Guilbert, le directeur général de Cruzilles. Les temps ont bien changé, mais aujourd'hui la fabrique Cruzilles s'engage toujours à produire des confiseries authentiques, traditionnelles et naturelles !  

Alors que la crise sanitaire n'a pas eu de réels impacts sur leur production, la crise ukrainienne, elle, inquiète déjà : "pour l'instant on en voit juste les prémices. Il y a déjà une inflation très importante sur des matières premières que nous utilisons comme le sucre ou les fruits rouges, qui viennent parfois de pays de l'Est". Stéphane Guilbert craint un réel déséquilibre "nos ateliers ont aussi besoin de beaucoup d'énergie, nous sommes des gros consommateurs de gaz, on craint vraiment une année difficile"