Issoire (Puy-de-Dôme) : l'homme soupçonné d'avoir tué son copain est mis en examen

Issoire (Puy-de-Dôme) : l'homme soupçonné d'avoir tué son copain est mis en examen

Après ses aveux, Johnny a été mis en examen mercredi 16 janvier par une juge d'instruction de Clermont-Ferrand.

Johnny T. dort maintenant sous les barreaux, dans une cellule de la Maison d'Arrêt de Lyon Corbas. L'homme de 36 ans a été mis en examen pour assassinat et atteinte à l'intégrité d'un cadavre, après avoir avoué le meurtre particulièrement sordide de son copain, Thierry, le 7 janvier à Issoire (Puy-de-Dôme). Il a été placé en détention provisoire en attendant un procès. L'instruction judiciaire débute.

Un mobile se précise déjà. Lors de sa garde à vue, "il dit avoir tué son copain parce que celui-ci refusait de lui donner une forte somme d'argent pour pouvoir acheter de la drogue", a précisé Eric Maillaud, procureur de la République de Clermont-Ferrand.

Des restes humains dans le congélateur 

Johnny habitait à Issoire, au-dessus d'un salon de coiffure. Le 10 janvier, un plombier découvre sous une trappe qui mène à un collecteur d'eaux usées, des morceaux de chair humaine, identifiés comme provenant d'un même corps humain à l'Institut Médico-Légal, qui parvient à recueillir une empreinte digitale.

L'enquête s'oriente immédiatement vers l'appartement du dessus, dont l'occupant est absent. Les gendarmes y trouvent en revanche "une grande quantité de projections sur les murs et les rideaux", ainsi que des instruments de découpe, dont une scie circulaire, des appareils électro-ménagers tachés de sang et, surtout, un cerveau et un foie de taille humaine dans le congélateur.

Des témoignages signalent une victime potentielle dans l'entourage du suspect. Les enquêteurs se rendent à son domicile, maculé de sang mais vide.

L'exploitation des caméras de vidéo-surveillance de la ville révèle que le suspect a pris un train pour Vierzon (Cher) le même jour, le 10 janvier, après avoir jeté dans les poubelles de la gare "trois gros cabas" contenant des vêtements ensanglantés.

Deux hospitalisations pour schizophrénie

Johnny, toxicomane notoire, ne travaille pas. Il a été condamné à 14 reprises pour des faits de vol ou touchant aux stupéfiants entre 2001 et 2013. Il a aussi été hospitalisé à deux reprises pour des troubles schizophrènes en 2012 et 2016. Il ne prenait plus son traitement depuis quelque temps selon le parquet. 

La victime, également toxicomane, avait été placée sous curatelle récemment après avoir hérité d'une grosse somme il y a six ans. Cet homme vivait en couple depuis deux semaines avec une femme de 35 ans qui a tenté de se pendre chez lui le 6 janvier. Hospitalisée depuis, elle n'a pas pu être entendue. C'était auparavant la compagne du suspect.

Source : france 3 auvergne


0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Radio RVA

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios