30 ans pour les « Demoiselles de Riom »

30 ans pour les « Demoiselles de Riom »
Image par Keith Johnston

Le VBC Riom, club emblématique de volley, organise une soirée commémorative ce samedi 7 janvier pour célébrer les 30 ans du premier titre de champion de France du club.


Déjà 30 ans que le VBC Riom a obtenu son premier titre de champion de France, c’était en 1993. Le club, ambassadeur du volley au niveau national et international a fait rayonner tout un territoire avec les « Demoiselles de Riom ». Pour l’occasion, le gymnase de l’Amitié à Riom recevra les volleyeuses de Chamalières face à Cannes ce samedi 7 janvier à 19 h. Durant cette soirée, aura lieu de nombreuses animations, avec la présence de l’équipe de 1993 et un spectacle de Lucky, quadruple champion de France de Hip-Hop.

Catherine Bouchon, qui a joué durant 8 saisons au VBC Riom et a remporté 3 fois le titre de championne de France et 2 fois la coupe de France revient sur ces victoires et sa carrière.

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez reçu le titre de championne de France en 1993 ?

On ne s’y attend pas, mais quand arrive le jour de la finale on espère gagner. Si au début du championnat on m’avait dit qu’on serait championnes de France, je ne l’aurais pas cru. C’était un exploit, qu’on a reproduit l’année d’après. C’était un super moment, on était vraiment uni, on était des copines sur le terrain. Je ne suis pas forcément nostalgique mais je trouve que plus on vieillit, plus le moment est fort. Plus le temps passe plus je me rends compte de la richesse et de la chance que j’ai eu de vivre ce moment.

Quel est l’objectif de la soirée organisé par le VBC de Riom ce samedi ?

C’est surtout de se retrouver, de se remémorer des souvenirs. Le directeur adjoint est à l’origine de l’organisation de la soirée qui lui tient beaucoup à cœur. Au départ je n’étais pas emballée par l’idée, je ne trouvais pas l’intérêt car on est toujours en contact. Mais plus l’événement approche plus je me dis qu’il a eu raison de faire ça, j’ai des émotions qui refont surface.

Quel est le programme de la soirée ?

On va donc assister au match de Chamalières contre Cannes, ça va nous rappeler de bons souvenirs car Cannes était l’équipe que l’on devait abattre à l’époque. Ensuite on aura un repas/karaoké, quelque chose de festif comme on aimait bien faire.

Pour en revenir sur votre carrière, comment êtes-vous tombé dans le monde du volley ?

Parce que j’étais grande ! Ma sœur faisait du volley, quand j’allais la chercher à l’entraînement, son coach voulait me recruter, alors j’ai commencé comme ça. Au début je jouais à Nancy puis je suis venue à Riom il y a 30 ans, j’étais déjà maman d’une petite fille de 1 an. Je suis sorti de ma zone de confort car c’était la condition pour que je reste en équipe de France, il fallait que je joue dans un club professionnel, mais au final j’étais bien dans cette zone. J’ai fait le choix de quitter toute ma famille et 30 ans après je ne regrette absolument pas et heureusement que je l’ai fait car j’ai connu une nouvelle famille.

Comment pourriez-vous décrire votre carrière avec votre regard actuel ?

Je n’ai connu aucune difficulté, je pense que je suis arrivée à la bonne époque. Je suis tombée dans un club qui me plaisait et une équipe avec laquelle je m’entendais bien. En équipe de France je suis également tombée sur des filles avec qui j’avais envie d’être, à ce moment tout était beau, tout était rose. C’est la meilleure période de ma vie qui restera gravée à jamais dans mon cœur. C’était magique, on s’entendait bien et on gagnait.

La billetterie du match est en ligne sur volley-ball-chamalieres.fr.